La Coloc' du Brancardierseptembre 2017

Les 28 et 29 septembre à 20h30
Tarifs : 15€/13€ TR

texte : Hervé Guillemot
mise en scène : Charlotte Pradeilles
avec : Deen Abboud, François Leviste, Hervé Guillemot

28,29
SEPT

à
20h30

Tarifs
15€/13€

La Coloc' du Brancardier
Une cuisine équipée, trois chaises, lieu de centralité... mais Esteban vient de mourir et sa chaise, devenue vide, doit trouver preneur. L’Agence l’exige, le loyer doit se payer et dans cette colocation vétuste, composée de « mâles » à la retraite, ou presque, on ne roule pas sur l’or. La pauvreté peuple cet espace oublié du monde extérieur. Une tanière où chacun vit seul, la seule chose qui se partage ici, c’est la cuisine et les corvées du quotidien, qui sont le lot du vivre ensemble.

Ensemble mais seul, Robert le plus ancien colocataire de l’appartement y tient : pas question d’échanger autre chose que les banalités de son règlement intérieur, ceci au grand dam de Slimane, solaire et communicatif qui n’a d’autre choix que de tempérer ses élans de camaraderies. Seulement voilà, après avoir rebuté tous les prétendants à la chambre d’Esteban, Robert ne peut plus reculer, il doit accepter Bruno malgré son terrible défaut, absolument rédhibitoire pour lui : Bruno est jeune !… Mais enfin, au moins, ce n’est pas une femme. Bruno intègre donc la colocation, mais il pose beaucoup, beaucoup trop de questions et s’il y a bien quelque chose aussi, que Robert déteste, c’est la curiosité!

Ouvrira-t-il sa porte ? Acceptera-t-il de se confronter à l’autre et donc a lui même ? Bruno trouvera t-il ce qu’il cherche?  Se trouvera-t-il en somme ? Et Slimane qui prend les choses comme elles sont, réussira-t-il à exister entre la quête de l’un et la fuite de l’autre ? Pour le savoir, veillez entrer dans la cuisine de la ‘’ Coloc du Brancardier ‘’, nous vous souhaitons la bienvenue ! Enfin presque.

Cette tragi-comédie est un voyage entre attirance et répulsion ; certains peuvent choisir de se couper du rapport à l’autre, mais ils y perdent l’essentiel: eux-mêmes. L’homme est un animal social qui n’existe qu’en se confrontant a son voisin, comme a son reflet dans le miroir. La solitude c’est l’aridité. Au singulier rien ne se créer. L’acte quel qu’il soit, le mouvement quel qu’il soit ne peut naître que d’une rencontre.  Tant qu’il y’a de la vie…


Informations complémentaires : au 01 42 89 17 32 ou à spectacle@ebeaujon.org