Jeunesse

Pôle entièrement dédié à la jeunesse pris en charge par un.e animateur.trice spécialisé.e. afin d'assurer un accueil spécifique pour les jeunes de 13 à 25 ans.

L'Espace Beaujon soutient les éditions Je vous aime du lycée Racine !


Article du Parisien du 14 mai 2021 par Elodie Soulié

Tout est parti d’une boutade, lancée comme ça, il y a plus d’un an, au fil des échanges complices et souvent inspirés que sont les rencontres entre Christine Thiollet, documentaliste enseignante au lycée Racine (VIIIe), et un quatuor de jeunes de 16 et 17 ans plutôt créatifs et amoureux des mots.

« Vous devriez fonder les éditions Je vous aime ! » lance Christine à ses élèves fantasques, auteurs d’un album jeunesse aux textes très sentimentaux. Un an plus tard, Balthazar Pouilloux, Rosa Carrier, Lullaby Chauvier et Raphaël Gattegno, lycéens à Racine (VIIIe) et Condorcet (IXe), sont devenus les plus jeunes éditeurs de la planète. Ils ont relevé le défi, et leur maison d’édition « Je vous aime » vient de sortir un premier ouvrage, « Adolescences », qui rassemble les textes lauréats d’un concours d’écriture lancé par les lycéens, pour les lycéens.


« Nous avons beaucoup de projets »

Le début d’une aventure dans le monde parfois âpre de l’édition, que ces jeunes plutôt pugnaces ont bien l’intention de continuer au-delà du baccalauréat, une fois leurs chemins séparés par les études et les choix de vie. Sciences-po, fac de psychologie, école de cinéma… C’est juré, ils se retrouveront autour de « Je vous aime ». « On est une bande d’amis, pas seulement des camarades de lycée, et nous avons beaucoup de projets », assurent-ils à l’unisson.

En matière d’écriture, Raphaël et Balthazar n’en sont pas tout à fait à leur coup d’essai. « L’été dernier, on a écrit un livre ensemble sur le thème de l’hôpital psychiatrique, et quand s’est posée la question de l’éditer, on s’est dit que ce pouvait être sympa de le faire nous-mêmes », raconte Raphaël.

Les poches vides, sans réseau et pas vraiment pointus sur la création d’entreprise, épaulés par leur prof de documentation, les deux jeunes imaginent monter une association. Ensuite, il leur fallait de la matière, que ces curieux à l’esprit ouvert savaient trouver tout près, dans leurs classes et leurs lycées. « On a lancé un concours d’écriture libre, il fallait cinq pages, peu importe le style, début de roman, une pièce de théâtre… » Le succès dépasse les espoirs du quatuor : il reçoit 29 textes. « Le but était d’éditer un livre à partir des textes gagnants, précise Rosa, mais aussi d’inviter plein de jeunes que l’on connaissait à partager leurs écrits. »



« On s’est attachés à la qualité stylistique, à l’imagination et l’originalité »

Au bout d’heures de discussions « assez passionnées, très débattues, on y a passé plus de huit heures », s’amuse Christine Thiollet, les jeunes ont choisi 8 textes. « Il fallait trouver une ligne éditoriale, donc il fallait des critères précis, à commencer par le fait d’écrire pour des lecteurs », assène Balthazar avec le sérieux d’un professionnel.

« On s’est attachés à la qualité stylistique, à l’imagination et l’originalité », complète Rosa, elle-même auteur de poèmes. « Juger des écrits de jeunes de notre âge, demander de retravailler un texte, cela paraît compliqué, surtout pour ceux que l’on juge, admet-elle volontiers. Mais après tout, ces élèves étaient contents d’être édités, et nous avions la légitimité d’avoir mené notre projet au bout. »

Épaulés par leur prof et complice, soutenus par le centre d’animation Espace Beaujon et la maison des arts de leur lycée, et grâce à un coup de pouce financier de la mairie de Paris dans le cadre des Quartiers libres, les adolescents confient leur « bébé » à une imprimerie, créent un site Internet et se lancent. « Adolescences » est sorti fin mars, vendu 15 euros, et tout le stock est parti.



Un regard tourné vers le cinéma et la musique

Forts de cette première, un deuxième livre est en préparation. Un recueil de poèmes écrits et illustrés par Rosa, « Version infinie », d’ici l’été. « L’idée est d’éditer 3 livres par an dès l’année prochaine », annoncent les jeunes « patrons » de « Je vous aime ». Un nom clin d’œil à leur amitié et leurs débats. « On pense aussi à réaliser un ouvrage collectif artistique, avec des photos notamment », complète Rosa.

Mais l’appétit culturel des quatre lycéens n’étant jamais rassasié, ils visent aussi… le cinéma et la musique ! « On a organisé un concours de scénarios pour aider les jeunes à faire leur film », confirme Balthazar, fils d’un producteur. Musiciens également – Rosa joue de la contrebasse et du ukulélé, Raphaël est pianiste, leur groupe Les Yellows a déjà ses fans —, ils sont aussi à l’initiative d’un atelier de comédie musicale à l’espace Beaujon. « Notre idée, c’est de devenir une sorte d’incubateur de la jeune création. Plus on avance, plus on a de l’ambition », lancent les quatre amis, que Christine Thiollet promet d’accompagner « tant qu’ils n’en auront pas assez ! »


Paris XVIIe. Epaulés par Christine Thiollet (à gauche), documentaliste et enseignante au lycée Racine, Balthazar, Rosa et Raphaël, trois des jeunes fondateurs de Je vous aime, apprécient tant les beaux textes qu'ils ont décidé de relever le défi de créer leur maison d'édition. / LP/E.S.