Cláudia Campossnovembre 2016

Exposition du 29 nov. au 16 déc.
Dessins, peintures, gravures, monotypes.

Vernissage
Jeudi 1er déc. à 18h30

du 29 nov.
au 16 déc.

Vernissage
Jeudi 31/11
à 18h30

Cláudia Camposs
La présentation de l’œuvre de Cláudia Camposs nous renvoie à une nouvelle «découverte» du Brésil. De plein droit, Terres Indigènes devrait être le véritable nom de ces terres tropicales où débarquèrent les premiers colonisateurs européens.

   Elle nous explique: « Dans le développement de mon travail, j’ai compris que je représente l’individu, fruit d’une culture métissée - imprégnée des croyances - qui est indigné par la disparition annoncée des peuples minoritaires et de la propre histoire humaine devant la globalisation et la mondialisation.» Son activité créatrice comprend plusieurs médiums: le dessin, la peinture, la gravure, le collage, l’assemblage, la photographie, l’installation, la vidéo- installation, la vidéo, la performance, la création in situ et un projet interactif.

  Quand Cláudia Campos expose à Campo Grande au centre ouest du Brésil, en 1993, elle est confrontée à sa propre ignorance quant au nombre de peuples indigènes existants et à leurs difficultés à survivre. Réfléchir sur les conditions de vie des indigènes est alors devenu un focus de sa démarche plastique. 

  Elle a fondé en 2005 l'association Terre Indigène pour promouvoir les cultures indigènes du Brésil. L'artiste vit et travaille à Beynes (78650). Depuis près de 30 ans l'atelier de l'artiste est un lieu de partage, de travail et d'exposition de pratiques diverses d'art contemporain. Des cours d'arts plastiques, accompagnés de programmes culturels variés sont élaborés et administrés par Cláudia Camposs.

"Il y a beaucoup d’amour dans le travail de Cláudia Camposs. Du témoignage, de l’échange, du dialogue, de la compréhension, même s’il reste toujours une part de mystère chez l’autre…et ce qu’il faut de révolte et d’intranquillité. C’est un travail à la fois artistique et utile qui me touche profondément parce que les peuples d’Amazonie qu’il expose sont menacés dans leur existence même. Cláudia Camposs n’a pas un regard ethnographique. Ces peuples ont quelque chose à nous enseigner. Ils sont nos maîtres et c’est ce que l’on perçoit très bien dans cette œuvre qui accumule et juxtapose dessins, peintures, sculptures, photographies, collages…pour parvenir à nous émouvoir et à nous faire toucher du doigt la réalité d’un monde – le notre – e crise économique, écologique, existentielle." (Yann Arthus-Bertrand)


Informations complémentaires : au 01 42 89 17 32 ou à info@ebeaujon.org